HOUSE OF JEWELRY

LA RUE SAINT HONORE

LA CORTE



La Corte
, l'incontournable taverne de Enzo et Adriana Barone. 
La rue St-Honoré devient un lieu de vie à l'élégance assumée. Au 320, niché dans une cour secrète, se trouve La Corte, havre de paix qui vous fera voyager au cœur de la péninsule Italienne. Les produits sont ici simples, frais et prestigieux, magnifiés avec brio par ce couple qui depuis 10 ans, subliment la cuisine italienne. Les tomates rencontrent les truffes en parcourant la pasta relevée de safran. A quelques encablures de l'incontournable Place Vendôme, la maison à la devanture accueillante, vous fera oublier le rythme soutenu de la course parisienne pour vous plonger dans un goûteux repos de l'âme. Comme en Italie, on prend son temps, on déguste et savoure, le café se boit très serré et la discussion est forcément authentique.

La Corte, 320 rue Saint-Honoré, 75001 Paris, 01 42 60 45 27. Carte : 35-54 €. Jusqu'à 22h30. Fermeture Samedi midi, dimanche et au mois d'août.
http://restaurantlacorte.com/




L'ATELIER DE DONATO



Donato
: Et le salon de coiffure devint boudoir… 
A quelques numéros du showroom Mad Lords, les dandys pourront rafraichir leurs coupes dans un cadre élégant et confidentiel. Dans, son Atelier, au premier étage du 207 rue St Honoré, l'orfèvre capillaire qu'est Donato sait vous accueillir dans un salon précieux comme un appartement bourgeois. Sa force est de s'occuper avec attention et personnalité des chevelures. Attentif, il sait prodiguer des conseils personnalisés et simples qui transforment un rendez-vous chez le coiffeur en rituel de beauté précis. Si Donato a donné le nom d'Atelier a son salon, c'est bien pour magnifier l'identité de chacune. L'artiste vient du monde des défilés de mode et vous traite, toujours comme une star. Atelier de Donato, 207 rue St Honoré, 75008 Paris.

https://www.facebook.com/pages/LAtelier-de-Donato/55293488005



Dead Shadows de David Sholewa, un film fantastique à la française



Le style « horreur » s'apparente plutôt aux Etats-Unis mais il existe des films frissonnants et plein d'action qui sont 100 % made in France. Dead Shadows, premier long-métrage de David Sholewa, entraîne les dandys fans de films de genre dans l'histoire d'un jeune homme, Chris, dont les parents ont été sauvagement assassinés alors qu'il était jeune. Le jeune réalisateur, également président de DC Médias, a été repéré au Marché du film à Cannes en 2012 et son opus gore a été vu à l'Etrange Festival de Paris, en 2012. L'occasion de mettre un nom sur une figure montante du cinéma qui vient coupler une esthétique de bande dessinée avec une gestuelle très ancrée dans le revival du meilleur des années 1980. Et tout ceci, avec assez de manières pour susciter une jolie polémique.

« Dead Shadows", de David Sholewa avec Fabian Wolfrom, John Fallon II, France, 1h18, 2012.