Direkt zum Inhalt

ZAHLUNG IN 4 RATEN BIS 5.500€ IN EUROPA MÖGLICH

Warenkorb

Ihr Warenkorb ist leer

The interior of the flagship Mad Lords boutique in Paris.

Parution FORBES : Mad Lords étend son empreinte commerciale

« J'ai réfléchi à la façon don't la société est organisée différemment aujourd'hui. Nous ne sommes plus définis par la religion, la classe sociale ou l'emploi. Les groupes sont organisés en tribus et les tribus portent toujours des bijoux » 
Bracelet Hommes : comment les porter en 2021 ? Du liest Parution FORBES : Mad Lords étend son empreinte commerciale 10 Minuten Weiter Bagues pour hommes : quelles tendances ?

Un article sur Mad Lords a récemment été publié dans le célèbre magazine Forbes.

C’est un aboutissement exceptionnel, donc nous sommes infiniment reconnaissants d’avoir eu l’opportunité de pouvoir parler et donner un peu plus de visibilité à notre marque. Nous tenons à remercier, du fond du coeur, tous ceux impliqués dans la réalisation de cette interview (mention spéciale pour l’équipe IHPR, Roxanne Robinson et Brielle Forman). Ce n’est que le début!

L’article est écrit par Roxanne Robinson, bonne lecture.

(Traduit par l'équipe de Mad Lords)

 

La Boutique Parisienne De Bijoux Raffinés Mad Lords Étend Son Empreinte Commerciale

Le fief de Mad Lords étend sa portée. Le riche magasin communautaire de bijoux hippies fondé par l’équipe que forment le couple marié Serge et Caroline Muller, cultivant au cours des 10 dernières années une clientèle dévouée avec un showroom discrètement caché de la rue Saint Honoré, prévoit trois futures ouvertures de magasins en 2022. Un d’entre eux sera le premier magasin international et il se situera en Belgique. Un choix relativement discret et inattendu qui démontre l’approche commerciale unique à la racine de la marque depuis sa création. 

La croissance de la marque pendant et après les fermetures de magasins induites par l pandémie de COVID-19 alimente les mouvements, y compris un magasin à Saint-Tropez, Bruxelles et un autre emplacement sur la rue Saint-Honoré. Les trois nouveaux emplacements physiques viendront s’ajouter au showroom, au studio de piercing et au Mad Lords Deauville.  

Une Présence Digitale Centrée 

En 2019, les ventes Mad Lords s’élevaient à environ 6 millions d’euros et ils prévoient 12 millions d’euros de ventes pour 2022. Selon Serge Muller, en 2020, leurs chiffres ont chuté de 20 à 25% lors des fermetures de magasins mais rebondissent de 100% cette année par rapport à 2020, marquant ainsi 2021 avec une augmentation de 33% par rapport à 2019. Il attribue ce pic au renforcement de la marque grâce à une narration unique qui traduit l’approche unique du magasin, principalement en raison du renforcement des aspects numériques de l’entreprise.

« On avait les ingrédients du digital depuis le début, mais c’était comme une émission de cuisine où on ne pouvait pas faire un repas 3 étoiles », note Serge. Reconnaissant que les fermetures de magasins dues à cette pandémie et à de futures pandémies ainsi que les protestations sociales en cours en France ont fait qu’une stratégie de communication électronique et de communication numérique solide est non négociable.

L’équipe numérique est passée essentiellement d’un seul, Serge, à une équipe de huit personnes. Il estime avoir dépensé 150 000 euros (contre zéro auparavant) à investir dans le marketing social payant sur des plateformes telles que Facebook et Instagram pour la promotion, avec des fonds supplémentaires pour les salaires et la création de contenu. Il a également utilisé un outil pratiquement gratuit, les newsletters. « Le numérique est une stratégie qui redémarre quotidiennement. Il teste de nouvelles idées, il nous fallait donc plus de cerveaux et plus d’argent pour réussir », note-t-il.

Un membre de l’équipe parle couramment l’allemand par sa conception, traduisant à la main le site Web, les newsletters, etc. « Nous essayons de développer le marché germanophone en Europe, y compris l’Autriche, la Suisse, le Lichtenstein et le Luxembourg; ont les revenus les plus élevés. C’est bien plus que ce que les gens pensent », a-t-il déclaré.

Quête Tribale 

Caroline and Serge Muller of Mad Lords

En mai, le retour physique d’étrangers comme les Américains et les clients du Moyen-Orient dans la capitale française a contribué à la remontée des entrepreneurs français que les Muller comptent parmi leur « tribu ». L’identification de cette communauté a influencé la création de la marque.

Le couple s’est souvenu du moment où ils ont décidé de changer de cap- lui, un banquier d’affaires très créatif et à succès depuis trente ans et elle, en relations publiques chez Louis Vuitton - sur les pentes de Val d’Isère. « J’ai réfléchi à la façon dont la société est organisée différemment aujourd’hui. Nous ne sommes plus définis par la religion, la classe sociale ou l’emploi. Les groupes sont organisés en tribus et les tribus portent toujours des bijoux », a-t-il commenté. 

Renovation Du Commerce De Détail 

Caroline admet que l’idée n’a pas été entièrement approuvée à ce moment-là. « Nos amis nous ont dit que nous étions fous - des bijoux dans un espace caché; comme un club où vous pourriez aller si nous vous connaissions, vous invitions ou avions un abonnement - mais nous avions cherché des bijoux pour hommes et n’avons rien trouvé de génial sur le marché3 se souvient Caroline, ajoutant que les hommes portant des bijoux en France à cette époque n’étaient pas courants. Bien qu’un magasin d’initié, lié à une destination en 2012 semble plus réalisable que le climat de vente au détail d’aujourd’hui.

C’était un défi comme toute nouvelle entreprise. Le premier magasin faisait environ 20 mètres carrés et se trouvait dans un appartement au deuxième étage comme s’ils ne voulaient pas que tout le monde sache qu’il existait. « Nous sommes des élitistes, mais nous ne sommes pas des snobs », affirme Serge. Mais une solide réputation de bouche à oreille par le biais d’amis et d’amis a contribué à la croissance de l’entreprise. Etre en plein centre du quartier commerçant le plus prisé de Paris près de l’ancienne boutique Colette, des. Boutiques de créateurs de luxe et des coiffeurs recherchés étaient également un plus. 

Il a construit l’expérience qui existe encore aujourd’hui. Les fondateurs continuent de travailler avec les clients individuellement, apprenant à les connaître personnellement et devenant amis. Allant même en vacances ensemble et les invitant pour des repas à la maison.

« Ma femme et moi (avec l’équipe Mad Lords) avons créé un univers où nous accueillons nos invités. C’est notre place; nous vivons ici plus que notre propre maison; ce sont nos meubles, notre musique, notre parfum. Au fait, les gens sont fou de ce parfum », dit-il, faisant référence au spray d’ambiance spécialement conçu pour le magasin.  Alors que les États-Unis ont poussé l’expérience dans le commerce de détail, le concept est encore relativement nouveau en France. 

 Les clients viennent chez Mad Lords pour vivre les aventures de devenir propriétaires de bijouteries par procuration créées pour Serge et Caroline. « Nous aimons présenter des pièces et raconter les histoires des créateurs de bijoux que nous rencontrons, les voyages que nous avons faits pour les rencontrer », a déclaré Caroline. Le magasin propose des bijoux du monde entier fabriqués dans les régions éloignées telles que le Japon, l’Afghanistan, la Turquie, le Mexique et même localement en France. « Nous voulons rencontrer les gens avec qui nous travaillons. Si nous ne nous entendons pas, nous ne pouvons pas travailler avec eux ou être faux à ce sujet. Si nous ne le portions pas, nous ne pourrions pas le vendre », poursuit Caroline. «  Les gens viennent ici non pour nous ressembler, mais pour faire partie de nous. Nous sommes des chasseurs de bijoux », ajoute Serge. Les étiquettes portées incluent Jacquie Aiche, Anita Ko, Colette, Hirotaka, Buddha Mama et Sevan Bicakci entre autres.

Bien qu’étant sur le point d’ouvrir trois autres magasins, Serge a une vision assez grossière du magasin physique. «  Le commerce de détail est mort; maintenant, c’est une expérience de magasinage », affirme-t-il, notant que le vendeur froid, distant ou arrogant ne vole plus. «  Pourquoi y aller si vous avez un site Web; il doit donner à quelqu’un une expérience ».

L’expérience est ressentie même à travers le surnom. Le nom fait référence au poète et dandy Lord Byron, à son père, Mad Jack Byron, aux initiales propres de Caroline et Serge, et au phénomène de la bourgeoisie sortant d’un moule libérant son enfant sauvage intérieur. «  Notre tribu comprend des Français de style classique qui veulent devenir un peu fous. J’appelle ça de la bourgeoisie rock’n’roll. Des gens d’affaires en tailleur et Chanel arrivent, et soudain ils deviennent un peu fous », explique-t-il. 

L'Emplacement Fait La Différence

The interior of the Deauville location of Mad Lords

Les Muller ont choisi Deauville, alias les Hamptons français, plein de vieil argent, de nouvel argent et d’argent de courses de chevaux pour leur premier lieu en dehors de la rue Saint Honoré. Non seulement Serge y a passé du temps dans sa jeunesse, mais la bourgeoisie du 16ème à Paris aussi. 

Ouvrir un troisième local rue Saint-Honoré peut sembler redondant (le bar perçant se trouve à l’angle de l’entrée de la cour du flagship sur la célèbre rue commerçante). Mais alors que l’ambiance peut être cohérente, les offres se concentreront ailleurs. «  Nous constatons une demande pour le secteur des montres d’occasion et des bijoux vintage », a-t-il déclaré, notant que les prix du marché des montres étaient « fous ». L’ancien génie financier attribue cela à un taux d’intérêt de zéro pour cent et à une économie hyper-endettée. « À l’heure actuelle, l’argent est « gratuit », donc les investissements dans les maisons, les arts et les biens de valeur sont élevés. » Les pièces se concentreront sur des bijoux fabriqués à partir d’antiquités jusqu’à des pièces vintage modernes des années 1960 et 1970, des montres remises à neuf des décennies remontant aux années 50 et des montres actuelles non modifiées datant des années 90. 

L’ouverture à Bruxelles est le fruit d’une relation forte avec un client de l’immobilier passionné par la marque. Elle marque également un pont entre la France et les communes germanophones. L’emplacement de Saint Tropez est au coeur des magasins les plus toniques de la station balnéaire française et s’adresse à une foule internationale. Les magasins ouvriront entre avril et juin 2022. 

Un logo récemment repensé aidera à cimenter l’image de marque. Il emprunte au symbole grec Sigma indiquant la somme de quelque chose et un signe désignant la différence par rapport au contraste moyen par rapport à la norme, tout en affichant discrètement l’adresse. « Chez Mad Lords, nous unifions les différences, mais aussi un peu « folles » aussi. Nous sommes des anticonformistes c’est sûr », a-t-il ajouté. 

Avec la croissance numérique, des services essentiels sont également offerts aux clients avec une augmentation du financement à long terme via des formes de paiement mises à jour telles que Klarna, AfterPay et la crypto-monnaie. Cependant, Muller note qu’ils le convertissent en euros dès sa réception. 

Outre le développement numérique et la réouverture des voyages, il considère l’augmentation des ventes comme une réaction à l’optimisme post-pandémique. « Les gens ont souffert dans leur vie. Cinq millions de personnes sont mortes, c’est comme après une guerre. Grâce à la science et aux vaccins, les choses reviennent à la normale. Les gens veulent être heureux et pas seulement acheter ce dont ils ont besoin » , observe-t-il.

Kostenlose Lieferung

In der ganzen Welt innerhalb von 48 Stunden per DHL